I. NEUROPSYCHOLOGIE

. Qu'est ce que la Neuropsychologie ?

       La neuropsychologie est une discipline clinique et scientifique qui se situe au carrefour de la neurologie et de la psychologie. Elle étudie les perturbations cognitives (mémoire, raisonnement, langage...), émotionnelles et comportementales consécutives à une atteinte neurologique ( traumatisme crânien, épilepsie...) ou en lien avec un développement atypique du cerveau (troubles neuro-développementaux : troubles "dys", TDA/H...) ou via le processus dégénératif (alzheimer, parkinson...).

. Qu'est ce qu'un bilan neuropsychologique ?

       Le bilan neuropsychologique est généralement préconisé par un médecin (généraliste, pédopsychiatre, neurologue...) afin d'avoir des éléments diagnostics. Toutefois, il peut également être demandé par d'autres spécialistes, des organismes, l'école, les parents, la famille ou par la personne concernée.

       Il s'agit d'évaluer les fonctions cognitives afin de pouvoir déduire un profil cognitif comprenant les points forts de la personne et ses points faibles ou dysfonctionnements. Ce bilan permet ainsi d'appréhender la nature des difficultés rencontrées (facteurs neurologiques, psychologiques et/ou contextuels) et de proposer des solutions adaptées (rééducation, stimulations, stratégies de compensations...)

       Le clinicien spécialisé en neuropsychologie travaille donc avec des personnes de tout âge.  Les outils utilisés sont adaptés en fonction de la personne (âge, niveau d'étude...), de la demande et de ce qui est observé. Ainsi, la durée est variable car adaptée à chacun.

. Le bilan neuropsychologique chez l'enfant et l'adolescent

      Le bilan neuropsychologique sert à évaluer le développement à la fois social, affectif et intellectuel de l’enfant et de l'adolescent, pouvant expliquer des difficultés dans le milieu scolaire voire des échecs dans ce domaine. Il est  préconisé en présence d’éventuelles dysfonctions ayant des répercussions sur la façon de penser, la façon d’agir et les capacités d’apprentissage. Cette évaluation constitue un élément central dans le diagnostic. Le bilan neuropsychologique permet, dans un premier temps, de comprendre pourquoi l'enfant ou l'adolescent agit de telle manière ou pourquoi il rencontre des difficultés dans tel domaine, etc. Dans un deuxième temps, il permettra la mise en place d'une prise en charge adaptée (rééducation, soutien psychologique, moyen de compensation,...). Le clinicien peut ainsi intervenir dans les structures scolaires, lors de réunions avec l'équipe éducative, pour expliquer le(s) trouble(s)/difficultés et faire part de propositions de solutions  à mettre en place.

       Vous trouverez d'autres informations en cliquant sur les onglets "livres - articles" et "vidéos". En effet, certains enfants ne comprennent pas à quoi sert le cerveau (cf vidéo), ni l'utilité du bilan neuropsychologique et peuvent être anxieux à l'idée d'effectuer une évaluation. Nos échanges préalables permettent d'aider l'enfant à comprendre son utilité ainsi qu'à se sentir plus à l'aise à l'idée de notre rencontre. Des lectures à destination des enfants, parents et des enseignants sont également conseillées dans la section "livres - articles".

. Le bilan neuropsychologique chez l'adulte

    Chez les adultes, il est demandé dans différents cas : accident vasculaire cérébral, tumeur cérébrale,  épilepsie, maladies neurodégénératives, haut potentiel intellectuel, trouble attentionnel.... L'objectif étant de connaître les atteintes cognitives et/ou l'évolution d'une maladie et surtout le fonctionnement de la personne. Cela ayant pour but la mise en place de soins et de thérapies adaptés (protocole médical, rééducation, réhabilitation psychosociale, psychothérapies ...), ainsi que des aides tant pour la personne concernée que pour sa famille (auxiliaire de vie,  aide aux aidants, aide mémoire ...).

. La remédiation cognitive

      Le bilan neuropsychologique a permis de dégager des forces cognitives ainsi que des faiblesses ou des déficits associés à des troubles d'origine neurodéveloppementale, neurologique, psychiatrique ou post-traumatique. Il peut alors être proposé une remédiation cognitive. Cette dernière permet le traitement du déficit cognitif, à travers l’amélioration des fonctions déficitaires ou le développement de nouvelles stratégies cognitives destinées à pallier ce déficit. Elle regroupe différentes procédures thérapeutiques reposant sur la pratique d’exercices ludiques permettant un entraînement et/ou un apprentissage.

       Au sein du cabinet la rééducation débute par l'explication de la pathologie/trouble, des difficultés objectivées, du fonctionnement cérébral, et de la prise en charge. Elle est effectuée à l'aide de divers supports : outils de rééducations informatisés (Logiciel Cogniplus), jeux de société ciblés, exercices papier-crayon. La mise  en place d'outils de compensation adaptés peut être effectuée en fonction des besoins lors de cette prise en charge. Des exercices/activités à faire au domicile peuvent être également proposés. Le but étant de mobiliser les fonctions travaillées/rééduquées en les appliquant à la vie quotidienne. La motivation de la personne est primordiale, ainsi les activités sont orientées en fonctions de ses préférences. Apprécier, se sentir efficace, tout en stimulant ses fonctions cognitives et en les généralisant en vie quotidienne. La durée de la remédiation varie en fonction de la sévérité des troubles/difficultés et de l'âge. Elle peut être accompagnée par une prise en charge en TCC (Théorie cognitivo-comportementale) avec pour intérêt de travailler, notamment, sur les troubles du comportement.

II. PSYCHOLOGIE

. Qu'est ce qu'un psychologue ?

       Le titre de psychologue clinicien est obtenu après cinq années d’études universitaires et une pratique clinique acquise au cours de stages. Le psychologue peut exercer au sein d’institutions (hôpitaux public et privé, associations…) mais également dans le secteur libéral auprès d'enfants, d'adolescents et d'adultes (jeunes ou âgés).

       Le psychologue conseille et accompagne des patients en souffrance morale. Son intervention va du simple entretien en vue d'un conseil, à un accompagnement plus complexe et au long cours. Il a donc pour objectif de préserver, évaluer, maintenir ou améliorer le bien-être, la qualité de vie et l'état psychique de la personne.

       Le clinicien complète son analyse via des méthodes d'interventions spécifiques basées sur des approches théoriques variées. Il cible alors ses  thérapies (cognitivo-comportementale, relaxation, atelier d'affirmation de soi...) en fonction du patient et de sa problématique (trouble du comportement, difficultés relationnelles, anxiété, dépression, deuil, faible estime de soi...).

. Mieux comprendre mes approches

       Humaniste : Cette approche est fondée sur une vision positive de l'être humain et est centrée sur le présent. C'est aussi un modèle de psychothérapie qui cherche à relancer chez la personne (le patient), sa tendance innée à s'auto-actualiser, à mobiliser les forces de croissance psychologique et à développer son potentiel. Le principe est donc de développer chez la personne qui consulte la capacité de faire des choix personnels.

       Cognitivo-comportementale : Cette approche considère que les difficultés psychologiques de la personne sont liées à des pensées, des croyances ou à des comportements inadéquats qui ont été appris par une personne dans son environnement quotidien. En effet, chaque être humain vit des situations. Ces situations sont interprétées par l'intermédiaire de pensées (auto-verbalisation) ou d'images mentales (dialogue intérieur). De ces pensées, croyances et représentations mentales dépendront l'humeur et le comportement de l’individu.

     

  Le système cognitivo-comportemental de l'individu pourrait être représenté comme suit


        Les différents types de distorsions cognitives, de pensées dysfonctionnelles sont identifiés, définis et expliqués afin de pouvoir ensuite les remettre en cause, les modifier ou les éliminer et permettre ainsi de nouveaux comportements plus adaptés.

        Systémique : Cette approche aborde l’individu dans son contexte. La problématique du sujet n’est plus seulement comprise en rapport avec son parcours personnel de vie et les difficultés qu’il a rencontrées dans son passé, mais elle est aussi fonction des relations que la personne entretient avec les différents systèmes dans lesquels elle évolue (famille, milieu professionnel, société…). Les problèmes et la symptomatologie d’une personne vont prendre sens au travers des difficultés qu’elle traverse dans sa vie et donneront des informations sur les évolutions qui doivent advenir dans cette phase de sa vie.

III. REMBOURSEMENTS

SÉCURITÉ SOCIALE :

(uniquement pour bilan neuropsychologique)

Conditions : faibles ressources

Cliquez sur ce lien pour accéder au feuillet 361 : « Demande d’attribution d’une aide financière ou de prestations supplémentaires »

ou accédez directement au site ameli.fr (en fonction de votre région, le feuillet peut être différent)

MUTUELLE :

Contactez votre mutuelle afin de connaître les modalités de remboursement

Demandez le prix et le nombre de séance prise en charge suivant l’acte devant être effectué :

  • accompagnement psychologique

  • psychothérapie

  • bilan neuropsychologique

  • bilan psychologique

  • rééducation cognitive

Vous avez d'autres questions ? N'hésitez pas à me contacter.

Situation > Emotions > Pensées (cognition) > Comportement